Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/cforms/cforms.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/cforms/cforms.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/subscribe-to-comments/subscribe-to-comments.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/subscribe-to-comments/subscribe-to-comments.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/tantan-flickr/flickr.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/tantan-flickr/flickr.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/utopia-cron/utopia38.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/utopia-cron/utopia38.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203
May, 2009 | Tropic Of Capricorn

Continuer à lire Petit moment animalier : le tropic carnivore…

C est vendredi 1er Mai que nous sommes arrives a Mendoza, capitale du vin argentin (enfin toutes les villes ici disent cela).

Malgre notre coeur encore tout dechire de quitter le Chili, nous avons pu profiter des plaisirs argentins au plus vite, un bon gros steack, du vin pas cher et pas mauvais, un diner qui commence a 23h et une nuit qui ne finit pas vraiment.

A Mendoza, a part visiter tous les vignobles (et ca prend du temps de tout voir et tout gouter) il n y a pas grand chose a faire.

Alors on est parti, simplement, comme ca, sans un adieu, dimanche 3 Mai on a pris la route pour Salta (qui nous avait ete vantee par un certain Nico, rencontre sur l Ile de Paques, a tel point que nous avions fini par le croire employe par le syndicat du tourisme de la bas).

Salta, c est tout au nord de l Argentine, pas tres loin de la frontiere bolivienne et apres 16h de bus nous y arrivions vers 7h du matin (et c est tres tot 7h).

Salta, c est la:


Agrandir le plan

Et Nico (merci a lui quand meme!!) ne mentait pas (ce Nico la c est pas Luc, attention faut suivre). Ou qu il soit, qu il sache que nous le remercions.

Nous avons passe 3 jours superbes et bien remplis.

Notre premier jour fut passe (gaspille?) a se balader dans la ville, a prendre le funiculaire, a se faire draguer par les ecolieres (un petit blond en amerique du sud ca marche toujours), et surtout a s organiser pour le lendemain.

Notre plan, incroyablement brillant se resumait en 2 idees principales: louer une voiture, aller au nord le 1er jour et au sud le 2eme (les mauvaises langues qui suivent ce blog diront que ca en fait 3 des idees ca..).

Le conducteur officiel du Tropic s est donc bien fait plaisir a conduire sur les petites routes de montagne a plus de 3500m d altitude.

Mercredi 6 mai nous nous sommes lances dans l exploration du nord de Salta (lever aux aurores, preparation quasi militaire, organisation sans faille mais sans carte routiere aussi).

Les paysages furent magnifiques, varies et spectaculaires (a 3500m d altitude un bout de cactus devient passionant).

Notre premiere halte se fit a Tumbaya (a prononcer comme un cri de guerre), et cette halte se fit pour le dejeuner bien sur. Apres plusieurs heures de route nous etions affames.

Heureusement pour nous a Tumbaya, sur le bord de la route, entre 2 baches trouees se trouve un restaurant, LE restaurant. Un vieux barbecue avec d enormes morceaux de mouton, une nappe a carreaux en plastique, 2 treteaux, une planche, des sieges en plastique et des petites vieilles edentees et malicieuses suffisent a creer une atmosphere unique en bord de route.

Apres ce repas revigorant (ah oui et Tumbaya c est aussi un petit village tres beau et pittoresque avec un cimetierre aux couleurs melangeant bleu, jaune et rouge qui surplombent la ville) nous avons pu attaquer la Quebrada de Humahuaca (prononcer avec lenteur et sensualite).

La Quebrada c est haut et surtout un profond canyon qui nous a rappele les canyons de l amerique du nord (mais sans les americains du nord), des cactus, des rivieres assechees, des trucs qui planent dans le ciel.

Un petit peu d ambiance..

Un petit coup de Wikipedia pourra vous aider a briller au prochain repas mondain.

Et le coeur, le clou de cette quebrada c est la montagne aux 7 couleurs qui, incroyable mais vrai comme son nom l indique, est une montagne avec 7 couleurs.

L ascension etant impossible et surtout trop fatiguante nous avons prefere mediter depuis le bas.

Tellement emballe par ce paysage nous avons decide de poursuivre encore plus en avant notre excursion et d aller a Salinas Grande (qui est une saline tres grande).

Apres un col a plus de 3700m, plein de guanacos (c est comme des lamas mais pas vraiment pareils) nous sommes arrives dans un paysage spectaculaire, une mer de sel gigantesque (peut etre pas la plus grande mais notre 1ere en tout cas).

Nous avons exerce notre imagination pour essayer de trouver les meilleures blagues a faire la bas mais le meilleur est venu spontanement.

Puis ce fut l heure du retour, bien merite.

Mais le lendemain n etait pas en reste.

Avec une organisation similaire nous sommes partis au sud, jusqu a Cafayate.

Tout au long de la route 68 (qui rejoint la celebre route 40 a Cafayate) nous avons admire des paysages spectaculaires, ces quebradas et ces lieux sublimes comme las 3 cruces, la garganta del diablo, tous ces paysages qui se pretent fort bien a la poesie.

Il est a noter que les chiens de ces coins la sont  tres affectueux (cf archives).

Apres un repas bien merite a Cafayate (un bon lomito completo, le celebre sandwich avec du steack, de l omelette, du jambon et plus si affinites) il etait deja l heure de rentrer. Nous devions prendre un bus le soir meme pour Buenos Aires.

A 21h le mercredi soir nous etions confortablement installes dans notre bus pour arriver le lendemain a 19h a Buenos Aires.

Jeudi 7 mai apres 4 tres mauvais films, 12h de sommeil, 3 sandwichs, un paquet de chips nous arrivions a Buenos Aires (que nous appellerons BA pour plus de simpliciter).

BA, c est la:


Agrandir le plan

BA est une ville qui nous avait ete vendue par tous les gens rencontres. C etait la joie, l enthousiasme, le paradis inespere. On s est bien amuse mais bon pas tant que ca non plus.

On a bien visite, la place de Mai, l avenue de Mai, l avenue du 9 Juillet (ils aiment bien les dates a BA), les quartiers celebres, la Recoleta (le quartier classe avec la tombe d Evita ou y a toujours des gros americains devant), la Boca (le quartier typique et pauvre avec des danseurs de tango ou y a toujours des gros americains devant), Puerto Madero (le quartier pas typique du tout et moderne ou y a toujours des gros americains aux terrasses ou on veut s assoir).

On est meme alle se balader une journee a Tigre ou tous les portenos (les habitants de BA) vont passer le wekend, sorte de Venise mais sans gondole et avec des gros bateaux; on y trouve quantite de petites iles interconnectees ou apparaissent de belles demeures (Zeb y a meme trouve un nouvel ami, cf archive).

On est aussi alle passer une journee a San Antonio de Areco ou on etait cense trouver les Gauchos et ou on n a trouve que la pluie.

Enfin on a pas chome, on a aussi ecume la ville de nuit, on s est acclimate, on a bien garde le rythme.

Nos nuits n ont pas laisse beaucoup de place a nos jours la bas mais nous avons su en tirer le maximum.

Vendredi 15 mai etait jour de fete, Zeb recevait ses parents (MC et Vati, deja celebres par leurs commentaires sur le blog) et une amie a eux surnommee MFE, avec qui nous allions faire un bout de chemin jusqu a Iguazu. Il fallait voir les etoiles dans les yeux de leur fils. Nous avons passe 2 jours (surtout Zeb parce que Paz a du dormir un peu) avec eux a BA.

Samedi 16 fut un jour de grande tristesse, jetant une ombre sur les rejouissances manteauesques: Luc est parti.

Luc est rentre, il s en est retourne dans nos contrees froides et inacceuillantes, nous laissant plus seuls que jamais. Nous le pleurons chaque jour qui passe. Heureusement, avant de partir, il s est rase en se faisant un petit bouc qui lui sied a merveille.

Dimanche 17 mai nous partions en bus pour les Chutes d Iguazu et un peu d air frais.

[flickr album=72157618602499727 num=38]

Continuer à lire El camino de Buenos Aires

Chiloe avec h est une île bretonne du Chili, le barros luco con palta remplacant la crêpe suzette.

Oui, il pleut. Chiloe est accessible par bateau depuis Puerto Montt au cours d´une courte traversée égayée par les otaries et les pingouins. Nous choisîmes ensuite d´etablir campement à Castro, au coeur de l´île, plus précisément dans un hospedaje auquel nous resterions fidèle 3 jours durant. Chiloe est le lieu de villégiature privilégié des chiliens pendant l´été austral.

C´est en revanche vide de touristes en avril.


Ver mapa más grande

Le mercredi 15 Avril nous prîmes un bus pour Chonchi d´où il était possible de prendre un bateau pour l´isla Lemuy. Nous ne savions pas que l´embarcadère se trouvait à 5km du village. Nous ne savions pas non plus que les chiliens possédaient un humour gastronomique fort subtil (en revanche pour les belles moustaches, on savait). Car au bout de cette balade de 5km le long de la route départementale nous attendait une auberge rustique en bord de fjord dont le patron, un dénommé Orlando, nous invita à consommer le menu de ce midi (menu unique bien entendu).
Il nous servit alors une cazuela de vacio, à savoir une assiette de bouillon de légumes (patates, navets, carottes, choux) garnie de viande de veau cuite avec. J´ai plus faim entendit-on dans l´assemblée. Que nenni, 2 grosses patates (appelées papas) farcies à la viande firent office de second plat.
Nous perdimes Pascal au cours de cette rude Ă©preuve. Les 2 leaders culinaires allaient alors se dĂ©partager au “postre” (dessert), un charmant bol de fruits en gelĂ©e rose. Sebastien remporta le duel haut la main (ou haut l´estomac devrait-on dire), se permettant le luxe d´attaquer le dessert de Pascal, ce qu´il regrettera amèrement ensuite.

Autant dire qu´après ce copieux et bon marchĂ© repas, les troupes n´étaient pas au sommet de leur forme (quand on vous dit qu´on a besoin de vacances…). La pluie, de la partie depuis 12h30, ne contribuait pas Ă  exacerber la motivation somme toute latente dont nous fĂ®mes preuve. Nonobstant, nous dĂ©cidâmes de prendre le bateau pour rejoindre l´île Lemuy en face. Pas grand chose Ă  dire sur cette Ă®le, si ce n´est qu´elle regorge de moutons, de pluie et de drĂ´les d´énergumènes :

Le jeudi 16 Avril fut consacré à la visite du Parque Nacional Chiloe. Un bus matinal nous emmena à Cucao, au sud du parc. Comme chaque matin, le soleil rayonnait à notre départ. Comme chaque jour, nous fûmes rapidement accueillis par une- heureusement peu dense, pluie.
Une longue marche nous conduisit au bout du monde, du moins au bout de notre périple du jour, car rien ne ressemble plus à un chemin bercé par les cris des chiens, les bêlements des moutons et le doux bruit de l´écume s´échouant sur la plage qu´un chemin bercé par les cris des chiens, les bêlements des moutons et le doux bruit de l´écume s´échouant sur la plage 100 mètres plus loin, sauf peut-être la Bretagne.

Le vendredi 17 Avril fut le jour oĂą le Tropic revint Ă  ses fondamentaux.
Finies les marches éreintantes, les paysages féériques, Valdivia, ville étudiante de 100000 habitants, nous proposait ses boîtes de nuit. Enfin. Nous n´avions pas parcouru des milliers de kilomètres pour rien. Nous connûmes quelques difficultés pour nous acclimater aux us et coutumes locaux, mais le Tropic s´en sort toujours. Valdivia, c´est aussi les lobos marinos, gros lions de mer qui traînent sur la jetée. Et qui montent sur le trottoir si on les défie du regard. Mieux vaut ne pas traîner dans leur quartier la nuit.

La remontée du Tropic se poursuit le lundi 20 Avril via 10 heures de bus pour Talca, sympathique ville de 200000 habitants, peu éloignée du Parque Altos de Lircay que nous espérions découvrir le lendemain.


Ver mapa más grande

Basse saison oblige, peu de bus pour le parc étaient proposés, si bien qu´après avoir raté le bus de 7h15, nous n´avions plus qu´à trouver une autre activité pour la journée. Puisque les chiliens se vantaient tant de leur vins, et puisque nous étions dans une région viticole, nous allâmes rencontrer notre ami Balduzzi. L´hôtesse du vignoble nous guida lors d´une visite de 30 minutes au cours de laquelle nous fîmes semblant de nous y connaître un peu, misant toute notre esbrouffe sur notre statut de français. Visite intéressante, mais plus intéressante encore était la dégustation qui suivit. 4 vins, 2 blancs et 2 rouges, corrects, mais pas de quoi pavoiser.
Inutile de préciser que le crachoir demeura immaculé.

Le lendemain, nous prîmes le fameux bus de 7h15 pour le Parc Altos de Lircay duquel nous projetions de parcourir le sentier Enladrillado. Seuls touristes dans le bus, nous commençâmes la journée de marche par un arrêt obligatoire au poste du Conaf (Administration des parcs chiliens). Le gardien nous conseilla de marcher vite afin de récupérer le bus retour de 17h, il ne savait pas qui il avait à faire. Team France vola une nouvelle fois vers les sommets : passées les 2 heures de marche en forêt au délicieux son des cris d´oiseau, la montée finale de 50 minutes fut une formalité, sauf pour le genou de Pascal et le petit serpent mignon qui fut surpris dans son sommeil. En haut nous trouvâmes un plateau basaltique dont la surface était étrangement formée d´hexagones, comme si quelqu´un les avait posé là. La brochure publicitaire chilienne sous-entend que ça pourrait provenir des extra-terrestres. Oui, mais lesquels ?

Nous prîmes jeudi 23/4 un bus pour Valparaiso, ville bohême chère à Pablo Neruda, que chantèrent Steven et autres artistes en vogue.
Belle de jour, Valparaiso est aussi pleine de charme la nuit, si bien que notre préférence se porta sur El Huevo, haut lieu festif, plutôt que sur les musées et autres monuments que le Lonely Planet tenta de nous vendre. Ceci étant, entre coucher et sieste, nous eûmes le temps d´admirer le port, les collines colorées et tortueuses surplombant la ville, et c´est déjà beaucoup en si peu de temps.
Notre séjour s´acheva donc sur une impression très agréable, plaisant qu´il est de flâner dans cette ville, mais laissait toutefois un goût d´inachevé tant il reste de choses à découvrir là-bas. Mais notre route devait continuer. Et puis soyons francs, on aurait surement suivi le même programme en restant plus longtemps.

C´est donc le lundi 27/4 que nous arrivâmes à Santiago après 2h de bus. Aucun rapport avec Valparaiso, mais alors aucun (si ce n´est les chiliennes). De grands avenues, des grands immeubles, de la pollution. Toutefois la vie dans le centre demeure agréable.
Nos balades quotidiennes nous menèrent d´abord au Cerro Santa Lucia, colline surplombant la ville, un des rares coins de verdure. De là haut s´offrait à nous une vue très large de la ville. Une vue sur du pas très beau, ça reste quand même pas très beau. Nous eûmes ensuite la chance d´assister à un concours de danse sur la place centrale, où chaque école rivalisa de créativité, pour le meilleur et pour le pire.

Comme on est gentils, on vous montre juste le meilleur.

Nous visitâmes également le musée d´arts pré-colombiens, qui nous apprit que l´art c´était pour les classes aisées, et qu´on enterrait les défunts avec des poteries et autres objets artistiques. Il y avait aussi un jeu de pelote par équipes à la fin duquel les perdants étaient décapités, mais je ne suis pas sûr qu´on pourra l´importer facilement en France. Enfin toujours est-il que notre quota de musée bisannuel est pourvu, soulagés nous sommes.
Le clou de notre séjour devait être la rencontre de Copa Libertadores (équivalent de la Ligue des Champions de football pour les clubs sudaméricains) opposant le club local et populaire à travers tout le Chili, Colo-Colo, aux brésiliens de Palmeiras.
C´était le dernier match de poule, Colo-Colo avait besoin d´un match nul pour se qualifier pour les huitièmes de finale, en cas de défaite c´est Palmeiras qui passait. Autant dire qu´on avait hâte de voir l´ambiance pour ce match crucial. Nous ne fûmes pas déçus par l´ambiance, des chants une heure avant le match, debouts presque tout le temps au milieu des hinchas locaux. En revanche, niveau ballon, c´était pire qu´un match du PSG.
Colo-Colo passa son match à en attendre la fin, et Palmeiras procéda à quelques attaques fulgurantes (deux poteaux à la clé) mais sans succès. Puis vint la fin du match, les supporters étaient angoissés, et ce qui devait arriva. A trois minutes du terme du match, Palmeiras marqua d´une jolie frappe de loin. Nul doute qu´avec un libéro comme Seb, un milieu defensif comme Nico et un buteur comme Pascal, les Chiliens auraient gagné sans trembler. Mais bon, il leur a fallu plusieurs dizaines d´années pour faire un vin correct, laissons-leur encore un peu de temps pour apprendre à jour au football.

Vint ensuite un déchirement, un crève-coeur, comme une bière qu´on a aimé mais dont on ne retrouve plus le nom.
Le Chili, c´est fini, et dire que c´était le pays de. De quoi au juste ?
Proposez vos réponses, celle qui nous plaît le plus recevra le Prix Goncourou du calembour, et peut-être aussi un souvenir d´Amérique du Sud.
Bien entendu ce jeu n´a aucune règle.

[flickr album=72157617523140525 num=40]

Continuer à lire De Chiloe a Santiago