Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/cforms/cforms.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/cforms/cforms.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/subscribe-to-comments/subscribe-to-comments.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/subscribe-to-comments/subscribe-to-comments.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/tantan-flickr/flickr.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/tantan-flickr/flickr.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/utopia-cron/utopia38.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/36/d251665061/htdocs/wp-content/plugins/utopia-cron/utopia38.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.5') in /homepages/36/d251665061/htdocs/wp-settings.php on line 203
chili | Tropic Of Capricorn

Le dimanche 24 mai nous decidons de passer la frontiere boliviano bresilienne pour aller prendre le Train de la Mort a Guijarro, ville frontiere a cote de Corumba.

Malheureusement le train etait complet ou ne partait pas pour cause de penurie d essence, nous n arriverons jamais a savoir.

Heureusment partait a la meme heure le Bus de la Mort (enfin c est nous qui l avons appele ainsi afin de ne pas regretter le train) qui allait nous emmener a Santa Cruz.

Apres 15 heures dans le bus le plus propre du monde (notre premiere rencontre avec les bus boliviens, forts differents des bus chiliens ou argentins) avec Boule et Bill (que nous ne pouvions pas abandonner) nous arrivions lundi 25 mai a Santa Cruz.

Nous vous avons rapporte quelques souvenirs de ce bus (en plus de la poussiere et peut etre quelques poux).

Santa Cruz est une des villes principales de Bolivie qui ne presente pas grand interet.

C est aussi une des villes les plus riches du pays et donc violemment anti-Morales.

Nous n y sommes restes qu une seule nuit, il n y a rien a y faire (a part se faire refuser l entree des restaurants car on porte un marcel).

Le lendemain, abandonnant Boule et Bill pour 2 jours, nous partions pour Samaipata ou il est possible (en theorie et par beau temps) de voir des ruines super vieilles.

Apres 2h dans un taxi partage avec une famille bolivienne nous arrivions.

Samaipata est une vieille ville coloniale, tres agreable qui se visite en 2h. Apres une sieste bien meritee sur la place publique nous fumes obliges de fuir pour cause de pluie.

Cette pluie nous empecha d ailleurs de voir quoique ce soit des ruines meme si nous y sommes quand meme alles au peril de notre vie et des nos habits (se balader sous la pluie pour ne pas voir grand chose est une activite fortement ludique).

De Samaipata nous primes un bus de nuit pour Sucre.

Sucre, c est la:


Agrandir le plan

Arrives mercredi matin a Sucre nous fumes tout de suite seduits par son ambiance, l architecture qui en fait une des plus belles et des plus anciennes villes d Amerique du Sud avec un grand nombre d antiques eglises, de musees, de couvents et batiments admirables.

Sur la place centrale il se passe toujours quelque chose, cela respire la vie et le mouvement.

De meme le marche est genial (cf archives), il y est possible de prendre un dejeuner pour 1 euros (12 bolivianos) avec soupe a la patate et a la viande suivie de viande et patates. Malheureusement mercredi apres midi nous ne pumes visiter pour cause de football, nous avons donc converge avec tous les touristes vers les bars diffusant la defaite de Manchester (en finale de la League des Champions face a Barcelone) que nous avons pu apprecier apres avoir retrouve Boule et Bill (qu il est agreable de se moquer des anglais quand ils perdent!!)

Enfin le jeudi nous avons continue notre visite de la ville en compilant en une seule journee: 4 eglises, 2 musees et 1 couvent (pas de chance la maison de la Culture etait fermee). Zeb accueillit la nuit avec un soupir de soulagement suite a cette tornade de visites.

Et le soir venu nous sommes alles feter l anniversaire de Boule enchainant les bars et les rencontres pour nous separer apres de viriles accolades vers 4h du matin.

2h plus tard le reveil sonnait. Notre bus pour Uyuni nous attendait.

Apres 4h de bus nous arrivions a Potosi (ville la plus haute du monde ou se trouvent de nombreuses mines) ou nous ne passerions qu une seule heure avant d enchainer pour Uyuni, juste le temps de manger et de voir le marche.

Nous sommes arrives a Uyuni en fin d apres midi, Uyuni c est la:


Agrandir le plan

Uyuni constitue le passage oblige de tous les touristes en Bolivie. C est la que se trouvent les celebres deserts de sels qu on visite en quelques jours.

Uyuni c est une ville sombre, triste qui sent la difficulte de vivre dans de telles conditions (4000m d altitude, des jours trop chauds, des nuits trop froides et pas grand chose a part le sel autour).

A peine debarques du bus une foultitude de gens se jettent sur vous pour vous offrir logements et tours. La Bolivie (contrairement au Chili et a l Argentine) est un pays ou il faut negocier, nous en avions perdu l habitude. Apres quelques discussions nous avons opte pour un tour de 3 jours partant le samedi 30 mai au matin.

L agence nous a vendu un tour avec 2 canadiennes et un francais et nous nous sommes retrouves avec 2 italiens et un couple de danois (Quelques jours plus tard la meme agence essaierait de vendre le meme tour a Boule et Bill en leur garantissant qu ils voyageraient avec 2 francais, ils reconnurent nos noms et le mensonge de l agence).

Quelques heures apres notre depart nous etions fixes, nous etions ceux qui avaient paye le plus pour ce tour. Notre vanite de baroudeur en prit un coup.

Pendant 3 jours nous avons partage notre quotidien avec Nico (l homme au piercing), Alessandro, Mads et Louise.

Nous avons donc partage notre conducteur-cuisinier-guide, Aber, qui nous impressionna tout de suite par sa vigueur, son dynamisme et son sens de la securite.

Les differents guides (routard, lonely, rough) mettent tous en garde contre les conducteurs alcooliques, fatigues et peu experimentes..

Nous avons donc passe 2 nuits, probablement les plus froides depuis le debut de ce voyage) a plus de 4500m sous 5 couvertures et un duvet (il est donc impossible de se lever pendant la nuit).

Et nous avons passe 3 jours dans ces deserts de sels ou se rencontrent seuls quelques ilots de pierre et de vie, abritant cactus, oiseaux et rongeurs. On trouve meme a certaines altitudes de veritables villages ou des gens vivent depuis des annees et au milieu de ces villages on peut trouver vicunas et lamas (la vicuna c est un peu comme un lama mais pas vraiment pareil). A la frontiere avec le Chili il est possible d admirer un volcan encore actif et fumant un peu (ou alors etait ce un nuage discret).

Nous avons pu aussi apprecier des lacs etincelants peuples de flamands roses au vol gracieux, d autres oiseaux au nom facilement oubliable, des poissons et des renards (zorritos) aux abords de ces lacs mais aussi du desert de sable et de pierres ou on peut trouver ce que les gens de la bas appellent des arbres de pierre.

Le matin du 3eme jour nous pumes nous baigner dans les thermes avec une temperature exterieure probablement negative, mais quel bain agreable a 7h du matin! Surtout avec tous ces gens qui ne sont pas laves depuis plusieurs jours et qui vont tous ensembles dans ce superbe bouillon de culture!

Puis le 4×4 nous abandonna a la frontiere avec le Chili (une sorte de no man s land ou se trouve une cahute de l armee et de la douane) d ou nous primes un bus pour arriver a San Pedro de Atacama, au Chili aux environs de 13h.

Nous sommes donc arrives a San Pedro le lundi 1er juin, d ailleurs San Pedro c est la:


Agrandir le plan

San Pedro ce fut notre 1ere douche savonnee depuis 5 jours (oui je sais on a ete dans les salines que 3 jours mais a Uyuno on avait pas d eau chaude a notre hotel) et ce fut aussi l occasion de retrouver un peu d internet.

Nous sommes restes quelques jours a Atcama. Nous avons donc passes ces jours la en charmante compagnie avec 2 copines chiliennes, Dany et Katty.

Le mardi nous a vu occupes a s organiser pour le reste du sejour, reserver des tours et une location de voiture. Et l apres midi nous sommes alles faire un tour dans la Quebrada del Diablo, sorte de canyon (du meme genre que ce que nous avions pu voir a Salta en Argentine). Et du haut de cette quebrada on peut apercevoir les paysages environnants.

Enfin le lendemain nous avons pu partir aux aurores pour aller voir les Geysers del Tatio qui sont sublimes.

Le depart se fait vers 5h du matin, dans la nuit noire et un froid terrible (nous sommes toujours a plus de 2500m d altitude), et cheminant cahin caha pendant plusieurs heures il est impossible de dormir.

L arrivee aux geysers se fait un peu avant le lever du soleil et des que celui ci irradie les geysers redoublent d activite. Nous avons donc deambule quelques heures au milieu des emanations fumantes et brulantes avant de nous baigner dans une therme suffisament froide pour nous faire sortir au bout de quelques minutes.

L apres midi fut passee entre la Valle de la Muerte ou nous avons pu nous essayer au surf sur le sable pendant quelques heures avec un succes indiscutable.

Les autres personnes purent donc admirer 2 styles tout aussi differents que respectables entre Paz et Zeb (admirons la godille fine de Paz et le style confiant et puissant de Zeb).

Et le coucher de soleil nous trouva dans la Valle de la Luna dont les paysages lunaires vous semblent irreels et sortis d une photo de la Nasa. Et ou chaque touriste essaie de saisir toutes les nuances les plus subtiles du ciel d une maniere qui se veut originale mais qui est a chaque fois la meme.

Nous avions loue un 4×4 pour les jours suivants afin de profiter un peu de notre liberte dans la region.

Nous nous sommes donc balades dans les lagunes environnantes, les quebradas, les deserts de sels, les parcs voisins au milieu des flamands roses, des renards et des vicunas.

Comme dit le philosophe Bridou “toutes les bonnes choses ont une fin sauf le saucisson qui en a 2″ et c est ainsi que samedi 6 juin le Tropic s est mis en marche pour la frontiere bolivienne, laissant derriere lui des paysages, des souvenirs, le Chili et tout ce qui nous y a plu.

Lundi 8 juin notre avion pour Cuba decollait en fin d apres midi de La Paz et nous avions pu en profiter pour revoir Boule et Bill et leur donner quelques lecons de vie.

[flickr album=72157619261128145 num=54]

Continuer à lire Bienvenus chez Evo..

Lundi 30 mars nous voyait recuperer Luc l Indonesien, connu aussi sous les appellations suivantes (Nicolas-Naj-Nico) et arriver a Puerto Natales.

Puerto Natales, c est la:


Ver mapa más grande

Puerto Natales (qui est au Chili) est la ville qui sert de base a tous les gens desirant se balader dans le parc Torres Del Paine.

Ce parc est souvent presente comme un des joyaux du Chili. Il se fait generalement en 5 jours de trek, en totale autonomie. Une foule de backpackers s essaient a ce trek dont la plus grande difficulte reside dans le climat: pluie et vents violents si on est hors saison.

Et nous etions hors saison.

Le parcours classique du trek s appelle le “W”, car le chemin ressemble a la lettre (on aurait aussi pu l appeler le “M” inverse). Ce trek finit au matin du 5eme jour sur un point de vue au pieds des tours, avec une petite ascension de 45min qui monte en ligne droite.

Apres un mardi de preparation intensive (lever vers midi, glandouille, courses et location de materiel) nous sommes partis a l assaut des tours (les Torres) le mercredi 1 avril.

C etait notre 1er trek comme cela, tous seuls, en totale autonomie, perdu au milieu de nulle part, sans Wi-Fi, ni biere, ni chips.

Apres 1 bus, 1 catamaran, 5 heures de marche nous sommes arrives a notre 1er campement, a flan du glacier Grey, mer de glace de 30km de long. Le glacier se jette dans un lac et les fragments qui s en detachent se transforment en icebergs qui vont mourir sur les bords du lac.

Tout cela contribue a creer un cadre irreel, ou icebergs, glacier, forets et montagnes se melangent.

Moment d autant plus irreel que notre premier repas du soir fut un pur moment de gastronomie moderne. Il nous a valu l admiration de tous les gens au camp.

Nous vous offrons en exclusivite la video de ce repas.

La recette restera secrete pour le bien de l humanite et pour que notre dignite ne soit pas plus entamee que ce qu elle est deja.

Toute la difficulte d un trek tient dans sa bonne preparation, notre 1er jour nous avons tout reussi, enfin presque si l on excepte le repas du premier soir.

Apres ce jour la nous ne nous sommes nourris que de barres cereales, fruits secs, nouilles sechees et thon en boite. Quelques chiffres, pour 5 jours, 3 personnes, ce trek c est: 102 barres de cereales, 5 petits paquets de fruits secs, 8 sachets de nouilles, 5 soupes en sachet, 1 tente, 3 cuilleres, 3 tasses, 3 bols, 1 rechaud, 0 douche et 51 sacs poubelles.

Heureusement il n y avait aucun probleme pour trouver de l eau puisqu elle est potable partout.

Enfin on espere.

Ce trek fut riche en apprentissage et nous avons decide de partager avec vous ces moments, plus de “lecon de trek” dans les archives.

Nous avons eu de la chance puisqu il n a quasiment pas plu, que les vents se sont tus et que personne ne s est perdu.

Enfin le matin du 5eme jour nous avons pu arriver au pieds des tours du parc pour le lever de soleil. Malheureusement la brume a decide de se donner en spectacle et le soleil s est fait timide.

Nous avions prevu cette eventualite et c est pour cela que la veille nous avons tourne peut etre ce qui est a ce jour notre meilleure video

Caliente!

Nous avons repris notre bus dimanche en debut d apres midi pour arriver a Puerto Natales et se precipiter sous la douche et devant un enorme steack.

Au bilan dans ce trek nous avons perdu 1 mollet (Zeb), 1 genou droit (Paz) et 2 pieds (Naj) mais tout cela a recupere rapidement puisque mardi 7 avril nous partions pour El Calafate en bus (et oui, nous avons pu faire une lessive avant de partir).

El calafate, c est une petite ville en Argentine tout pres d un superbe glacier.

El Calafate, c est la:


Ver mapa más grande

Mercredi, apres un lever aux aurores (les vraies!! a 6h du mat!!) nous avons pris notre voiture de location pour aller voir le glacier. C est superbe mais ca commence a faire beaucoup de glaciers quand meme.

Nous sommes revenus en fin de matinee pour prendre un bus pour El Chalten (800 habitants, au nord d El Calafate), capitale du trek en Argentine (enfin en tout cas c est comme ca que c est vendu).

Apres 4h de bus nous sommes donc arrives la bas.

Nous y avons passe 2 jours. Jeudi 9 avril nous sommes alles voir un beau lac, un glacier (encore), du vent et Naj dans un arc en ciel.

Petite balade de 5h aller-retour elle nous a permi de renouer avec notre corps, de voir si nos genoux, mollets et pieds nous faisaient toujours la tronche. On etait pas encore reconcilie mais ce n etait plus la guerre ouverte.

Et le lendemain nous sommes alles au pieds du Fitzroy avec Sorin-Laurentiu et Alina (amis de Luc que nous avions retrouves la bas). Avec la fin de l ete ici (ben oui dans l hemisphere sud c est pas pareil), les couleurs etaient sublimes. Il parait que cela ne dure qu une seule semaine par an.

Puis nous sommes arrives au pieds de cette superbe montagne ou nous n avons pu rester que 15 minutes a cause des vents rageurs. Apres 8 heures de marche nous arrivions au village.

A minuit nous partions en bus pour Bariloche, 36 heures de bus non stop en passant par la route 40. L un de nous s est retrouve a cote d un americain petomane mais par pudeur pour sa souffrance nous tairons son nom.

36 heures cela peut paraitre long, tres long.

Nous avons passe le dimanche et le lundi a Bariloche, entre gigot d agneau maison et balade.

Mardi 14 avril nous quittions l Argentine pour decouvrir Chiloe et ses iles.

[flickr album=72157616822460412 num=64]

Continuer à lire De Puerto Natales a Bariloche

Nous sommes arrives a Santiago vers 22h le vendredi 6 mars.

Notre avion pour Punta Arenas ne partait pas avant le lendemain matin, a 8h.

Courageusement nous avons decide de rester et dormir a l aeroport. Cela nous avait toujours fascine, nous nous demandions ce qui se passait dans un tel edifice une fois les avions disparus, quand tout fonctionne au ralenti, s il n existait pas quelque societe ou evenements secrets. Une fois le rideau tombe un monde de mysteres pouvait s y deployer.

Il ne s y passe rien de plus et rien de moins. Nous avons quand meme reussi a avoir 3 heures de sommeil. Apres notre non-nuit sur l ile de Paques nous etions deja en forme, mais apres ne pas avoir dormi a l aeroport nous petions la forme.

L arrivee a Punta Arenas, vers 13h le samedi 7 mars, s est bien passee.

Punta Arenas, c est la:


Ver mapa más grande

Nous attendions beaucoup de la nourriture pour la Sud America et nous ne fumes pas decus. Nous avons decouvert Lomitz et ses sandwichs au steak (on y a mange 3 jours de suite le midi, c est dire…). La chose merveilleuse ici c est que l omelette au fromage (minimum 3 oeufs par sandwich) et le jambon font partie des choses normales a mettre dans un sandwich au steak au meme titre que la tomate et la salade. Nous vous laissons imaginer de tels monstres.

Samedi soir, apres avoir sympathise avec nos hotes chiliens (“si me gusta Neruda mas!!”) autour de quelques boissons, nous sommes alles jusqu au bout de la nuit, bras dessus, bras dessous avec nos nouveaux amis.

Et les chiliens savent aller au bout de la nuit et enchainer pour aller au bout de la journee. On les a laisse autour d un petit dejeuner au rhum et a la biere pour aller dormir enfin apres 3 nuits legeres en sommeil.

Naturellement dimanche a ete assez ampute et la journee n a commence que vers 16h par un Lomitz bien sur. Nous nous sommes balades dans la ville entre le port et le cimetiere sous un petit vent froid.

Lundi nous sommes alles acheter de gros duvets en prevision de notre croisiere avant de partir en excursion pour aller a la rencontre de nos amis les pingouins.

Au bout de la pampa (qui ne change jamais de couleur), en bord d ocean on peut se balader plus d une heure parmi ces animaux impassibles et fort sympathiques. On pourrait meme dire qu il s est passe quelque chose entre nous et les pingouins…de spirituel bien sur.

En chemin dans la pampa nous avons pu voir de nombreux lapins (bon la rien de vraiment exceptionnel, c est juste des lapins), des sortes d oies, un senor zorro, plein de moutons et quelques oiseaux ressemblant aux autruches.

Mardi 10 mars nous avons embarque tot le matin dans notre bus pour Ushuaia, nous y arriverions 10 heures plus tard, vers 20h. Entre paysages monotones (la pampa, la pampa, la pampa…tiens, encore la pampa), sommeil leger et passages des frontieres le trajet s est vite fini.

Ushuaia, c est la:


Ver mapa más grande

Nous avons etabli notre quartier general a l auberge Antarctica.

Il faut preciser que nous sommes venus a Ushuaia car aujourd hui, samedi 14 mars, nous partons de la pour 15 jours de croisiere sur un voilier jusqu au Cap Horn et dans ces coins la. Nous voyagerons avec 1 couple (enfin ils sont 3 si on a bien compris mais on n a pas ose poser de questions) et le capitaine.

Mercredi nous nous sommes organises pour aller dans le parc national Tierra Del Fuego voir ce que les argentins appellent fierement La Fin du Monde (qu on se rassure, ce n est pas vraiment la fin du monde, on ne tombe pas dans les Limbes et on continue a voir des montagnes et des animaux).

On s y est balade quelques heures, appreciant l ambiance calme et bucolique. C est simplement sublime.

Nous avons meme pu apprendre les techniques traditionnelles de survie des locaux, les methodes millenaires pour pecher, et surtout chasser, petite lecon de choses.

Le lapin court toujours.

Apres etre rentre a Ushuaia nous sommes tombes sur une manifestation des syndicats et enseignants argentins, reclamant plus de moyens, plus de qualite d enseignement et moins de reduction d effectifs (cf archives videos). Nous nous sommes laisses entraines avec ferveur dans des slogans tels que “en lucha!!”.

Jeudi matin, apres un lever aux aurores (7h30..) nous sommes partis a l assaut du sommet du parc (973m) dans le vent, le froid, la pluie fine mais determines. La balade consiste en une ascension de 0m a 973m en ligne droite (les argentins ne connaissent pas le concept de virage ou de montee progressive). A midi nous etions au sommet (les premiers de la journee, et c est pas pour nous vanter qu on dit ca), frigorifes mais avec les yeux remplis de paysages magnifiques.

Le temps de devorer nos sandwichs (jambon cru-fromage pour Paz et un classico pour Zeb, c est a dire la meme chose mais avec de l omelette, celle qui restait du petit dej) en 15 minutes et il etait impossible de rester a cause du froid et de la pluie (au sommet d une montagne il existe peu d abris naturel, bizarrement).

En descendant, chemin faisant nous sommes tombes sur une plaque de glace, qui resistait encore a la fin de l ete (oui ici il fait 4 degres en journee mais c est l ete). Que faire quand on rencontre une plaque de glace? du ski bien sur, ci-dessous une petite lecon de choses.

Aujourd hui Zeb va mieux mais pas son pantalon (il refuse d ailleurs de s en separer).

Vendredi nous avons consacre notre journee a rencontrer Olivier, le capitaine du bateau et a faire des courses (apres 6 mois a plus de 30 degres de moyenne il faut quelques ajustements vestimentaires ici), et organiser notre retour a Punta Arenas le samedi 28 mars (nous rejoindrons Luc, oui le Luc de l Indonesie le 30 mars a Puerto Natales).

Dans quelques heures nous embarquons avant de terminer la journee a Puerto Williams, ceci si le climat le permet.

Que nos lecteurs ne s impatientent pas mais au phare du Cap Horn il n y a pas de cafe Internet (quoique..)

[flickr album=72157615187234830 num=30]

Continuer à lire Avant d embarquer: la Terre de Feu

Et nous sommes arrives a L Ile de Paques ( aussi appelee communement Ile de Pascal) le lundi 2 mars vers midi.

L ile, elle est la et y a pas grand chose autour:


Ver mapa más grande

On a beaucoup discute a l interieur du Tropic pour savoir si on incluait le post de l ile dans un post plus global mais des pressions politiques ( du chantage, des menaces, des flatteries et memes des propositions indecentes) ont eu raison de la negociation. La motion de Z. ( il desire rester anonyme) l a emportee.

Apres s etre trouve une auberge bien sympa ( c est a dire pas chere et propre) on est direct alle se balader. On ne perd pas de temps sur l ile (enfin on a quand meme mange avant).

On a pu voir quelques unes de ces statues mythiques qui s appellent des “moai”. Pas les plus impressionantes mais les premieres.

Mais l ile c est aussi notre premiere rencontre avec l espagnol que Zeb maitrise non sans une certaine classe et c est toutes les 5 minutes que Paz se tourne vers Zeb reclamant theme, version et traductions en tout sens (” dis lui que je veux le viande-oignons mais sans les oignons..allez..”).

Pour le lendemain on s est organise avec 2 francais dont un dormait avec nous dans le dortoir, Nicolas et Xavier.

Tot le matin, vers 14h nous avons recupere notre voiture et sommes alles a la seule plage de l ile..voir des moai bien sur.

Nous avons passe le reste de l apres midi a rouler de moai en moai, nous arretant devant toutes ces statues mystiques. Nous avons pu voir la carriere, ancien cratere de volcan, d ou ces statues etaient extraites, certaines inachevees semblent crever du sol et il se degage de ce paysage une ambiance de permanence tranquille.

Les pascualiens ont quasiment tous ete extermines soit par les europeens soit par les chiliens. On vous epargnera les cours d histoire.

Le mardi soir nous avons pu deguster les desormais celebres pates-sauce-tomate-thon en boite, recette que nous avons mis pres de 6 mois a finaliser (acheter des pates, de la sauce en boite, du thon en boite, melanger, c est pret).

Sur l ile nous avons aussi commence un regime a base d empanadas, ce sont des petits pates a la viande, peu chers et fort bourratifs. On peut deguster des empanadas viandes et oignons, jambon tomate fromage, poulet fromage. Un bonheur pour les papilles.

Mercredi matin nous avons recupere notre voiture ( un fringuant 4×4, seule voiture a circuler pour voir les moai partout sur l ile) et avons continue d explorer mais avant cela nous nous sommes offert un magnifique lever de soleil sur le gigantesque cratere de volcan a l extremite de l ile.

Il n y avait pas grand chose a voir mais au moins on s est leve tot avant de revenir prendre le petit dej a l auberge et d enchainer avec les moai restants et des grottes cachees.
Heureusement pour les grottes on n avait emporte aucune lampe, on a donc fait les visites a la lumiere des flash de nos appareils photo, ca nous a rappele quelques une de nos soires.

Il est un probleme dramatique avec le moai, une envie furieuse, un desire incontrolable et incontrolee de faire de nombreuses blagues avec “moai” et qu on a pas pu s empecher de dire tout ce qui nous passait par la tete et surtout de le filmer.

Voici un cadeau-best of ( ou worst of plutot)

Jeudi nous avons flane et en flanant nous nous sommes arretes au Musee de l Ile, probablement un de nos premiers musees visites depuis notre depart, en amoureux de la culture que nous sommes.

Nous y avons pu apprendre les 5 techniques re crees pour transporter les statues ainsi que toute l histoire de l ile, Nous nous ferons un plaisir de briller en diner mondain en relatant quelques anecdotes croustillantes sur ces moai.

Enfin jeudi soir nous sommes sortis (juste un peu) avec Nicolas et Xavier mais aussi des francais travaillent sur l ile. Nous avons reussi a ne pas rater notre avion le vendredi 6 mars vers 14h.

Il nous emmenait a Punta Arenas via Santiago, vers la Terre de Feu.

[flickr album=72157614933326286 num=35]

Continuer à lire 20 millions de chiliens et moai et moai et moai…